Introduction

Publié le par marieke.over-blog.net

bannere-forum-eco.jpg

 

J'aime beaucoup cette photo prise par mon frère mon cousin (mon frère est sur la photo ^^) lors de vacances en Hollande. D'un côté, le besoin de liberté, de retour à la simplicité de la nature qui nous fait vivre, et de l'autre le monde que l'humanité a créé, de plus en plus complexe, et qui nous échappe dans tous les sens du terme.

 

Nous sommes bientôt 7 milliards d'individus sur terre. C'est énorme, mais notre planète a de quoi nous nourrir tous. Et que voyons-nous ? Une société humaine mondialisée où une minorité d'humains va exploiter le maximum de ressources humaines ou naturelles, pour consommer au-delà de ses besoins, au détriment de la majorité d'humains qui se fait exploiter et ne possède trop souvent pas même le minimum pour vivre, au détriment de la faune et de la flore, au détriment du climat, au détriment de notre santé, au détriment de notre avenir.

 

Les politiques, qui ont tout interêt à ce que le système économique actuel soit maintenu, cherchent à se montrer rassurants. A l'inverse, des écologistes nous parlent de catastrophe planétaire, évoquant même la fin de l'humanité, voire la fin du monde, pour très bientôt. C'est à mon avis un peu exagéré, même s'il n'est pas improbable que nous ayons un jour à vivre la faim, la guerre, les maladies, qui diminuent dangereusement notre population - la peste n'a-t-elle pas tué, au XIVe siècle, deux européens sur trois en moins de 50 ans ? Un tel scénario catastrophe est d'autant plus probable que nous gérons mal notre environnement. Je suis sûre cependant que quoi que nous fassions, la vie survivra à l'humanité.

 

Entre ces deux positions extrèmes, il y a toutefois des gens, et j'en fais partie, qui prennent conscience qu'on ne peut pas continuer à vivre comme nous le faisons. La croissance et le progrès ne pourront s'étendre à l'infini, simplement parce qu'ils coûtent trop cher à la planète (j'entends aux hommes, à la faune, à la flore, à l'équilibre biologique, géologique, chimique de notre planète : quand je parle de la planète, je considère celà comme un tout, humanité comprise). Nous sommes en train de construire une tour de plus en plus haute, qui, un jour, inéluctablement, et malgré les progrès croissants en termes d'architectures et de matériaux, s'écroulera. Comme se sont écroulées toutes les grandes civilisations du passé, qui n'étaient que des géants aux pieds d'argile.

 

Face à une tour qui va s'écrouler, il y a deux solutions : soit on demande aux entrepreneurs d'arrêter le chantier, ce qui serait à mon avis la décision la plus sage, mais ne rêvons pas : les entrepreneurs ont besoin d'entreprendre pour maintenir leur niveau de vie. Soit on quitte la tour, tant qu'il est encore temps, tant qu'il n'y a pas encore de fumée dans les couloirs, tant que les ascenceurs fonctionnent et qu'il n'y a pas de gens affolés qui bloquent les escaliers. En d'autres termes, il vaut mieux repenser sa vie dans le calme et lorsqu'on a tout sous la main, que dans un contexte de crise et de compétition pour la survie. Car changer ses habitudes au quotidien, apprendre à produire ce dont on a besoin plutôt qu'à consommer, ce ne sont pas des choses qui se font du jour au lendemain.

 

Il existe un mouvement de pensée qui s'appelle la DECROISSANCE. L'idée est que le progrès pour le progrès est quelque chose de néfaste, et qu'il est important pour l'environnement, la planète, l'humanité, de revenir aux sources. Pas facile lorsque nous vivons au 21e siècle, en pleine société de consommation, dans une des régions les plus peuplées et les plus développées du monde, et, hélas, les moins bien préservées.

 

J'ai 28 ans, mariée, sans enfants. J'habite en Belgique près de Lille, juste sur la frontière. J'ai une formation d'historienne et de géographe, mais, polyglotte, j'enseigne actuellement les langues à l'Education Nationale.

Mon frère, ingénieur forestier, 27 ans, est un fervent partisan de la décroissance et de l'agriculture paysanne. Ce blog est aussi pour lui.

 

Puisse ce blog vous ouvrir les yeux, ou vous donner des conseils, des idées, des connaissances, qui peuvent vous aider, lecteur, a vivre de façon raisonnée au quotidien. Ce blog est aussi un journal de mon propre chemin vers un mode de vie plus respectueux du monde qui nous entoure. Je ne suis, moi-même, qu'au début de la route.

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Merci Maryse pour ce message qui me touche beaucoup !
Juste une précision : c'est Sylvain l'auteur du cliché et non pas moi (puisque je suis sur la photo)

La valeur la plus importante à mes yeux est l'humain. Or toute réflexion sur l'humain revient toujours au même sujet de base: l'agriculture.

Puissent beaucoup de gens devenir libres et nous rejoindre sur cette "route".

Michel


Répondre
M


En effet, mais c'était plus facile à écrire que : la photo prise par Sylvain mon cousin germain, avec mon frère et ma belle soeur dessus. Mais soit, rendons à Sylvain ce qui est à Sylvain
^^